Barre_Menu

samedi 25 mai 2013

Les portes de la perception...


Les portes de la perception se sont un peu plus refermées avec le décès il y a peu du pianiste Ray Manzarek qui a été l'ossature musicale du groupe The Doors, alors retournons pour quelques instants dans le passé et c'est scandaleusement rock.



Cliquer sur la touche Play pour écouter le podcast.

Cliquer sur l'image si vous désirez acheter le titre The End du groupe The Doors. (1,29 €)
Il existe bien sûr la version originale de ce titre que vous pouvez retrouvez ici. Mais celle-ci n'est proposée que si vous achetez l'album en son entier.









Pour écouter le titre The End en entier, cliquer sur la touche Play du lecteur



Vous retrouverez ici chaque samedi un podcast de la scandaleuse histoire du rock proposé par Gilles Verlant sur France Bleu.


------------------------------------


La scandaleuse histoire du rock est une série proposée par Gilles Verlant, produite par l'Atelier de création du Grand Est (Direction Stéphane Deschamp), diffusée sur France Bleu depuis maintenant deux ans
Le rock fait scandale depuis des dizaines d’années. Pourquoi ? Comment ? Qui en sont les héros et qui en sont les perdants magnifiques ? Gilles Verlant nous raconte avec érudition et humour ces héros de légendes : leurs mœurs, leur attitude, leur look, leur langage et bien entendu leurs succès. Des classiques qui s’inscrivent dans l’évolution de notre société depuis plus de 50 ans.
Le rock c’est scandaleusement simple : un riff, une attitude, un scandale, les doigts dans la prise et les oreilles scotchées au transistor pendant 5 minutes ! (extrait du texte de présentation sur le site de France Bleu).

---------------------------------

Vous avez un avis, une réflexion sur cet article, n'hésitez pas à l'écrire dans les commentaires.

jeudi 23 mai 2013

Trop de rejets pour notre assiette...


Saviez-vous que chaque année 1,9 million de tonnes de poisson est rejeté mort ou vivant à la mer ? Et ce tonnage ne concerne que la pêche effectuée en Europe. Pour l'ensemble du globe, les chiffres donnent le tournis.
Comme le signale le site Wikipédia "la pêche technologique a entraîné une augmentation rapide des prises accessoires. 25 % des poissons (27 millions de tonnes) qui sont péchés sont rejetés morts à la mer car ils n’appartiennent pas aux espèces souhaitées. Des dauphins, des tortues et des oiseaux marins sont aussi capturés et tués par les filets. Les lignes appâtées ou les filets perdus ou abandonnés en mer sont autant de pièges mortels pour ces animaux. Les espèces préférentiellement pêchées sont des carnivores apicaux (qui occupent le sommet des chaînes alimentaires) qui ont une forte valeur ajoutée sur les marchés des pays développés, mais qui sont aussi ceux qui ont le plus bioconcentrés les polluants, dont le méthylmercure." Ainsi à ce rythme-là, d'ici trente ans les océans ne seront plus qu'un désert ou plus rien ne vivra.
Alors que pouvons-nous faire ? Légiférer pour une énième fois ? Mais les Etats signataires sauront-ils faire appliquer de telles lois et comment ? Pour tenter de répondre à ces questions, ce reportage intitulé "Pêche : l'Europe du gaspillage"  d'Arte Tv.



C'est un reportage d'Arte Tv. Il est signé Franziska Langhammer. Durée : 2.33 mn

Tous ces rejets mais aussi la surpêche, ont une incidence notable sur la faune et la flore marine. Comme le rappelle Wikipédia, nous nous trouvons face à des nouveaux comportements ou migrations d'espèces marines. Ainsi :
- au large de Terre-Neuve, la raréfaction des poissons a entraîné une diminution de la taille moyenne des baleines à bosses qui fréquentent ces eaux,
- on a vu des migrations de phoques affamés depuis le Groenland vers les côtes du Canada. En Europe, dauphins et marsouins semblent descendre vers le sud alors que l'Atlantique nord est surexploité,
- la disparition de la morue et d’autres prédateurs au large des États-Unis a entraîné une prolifération d'herbivores qui a provoqué un fort déclin des forêts d’algues,
- on observe une modification de la structure des communautés et de la diversité génétique par la sélection d’espèces ou de classes de taille. Cette pression sur les habitats les rend plus sensibles aux invasions biologiques, aux perturbations et aux pollutions,
- enfin les oiseaux piscivores marins (hormis quelques rares espèces (telles mouettes ou goélands) qui ont appris à se nourrir à terre) régressent corrélativement à la surpêche.

Alors, devons-nous rationaliser les pêches et par là même avoir un autre comportement dans notre besoin de consommer ? C'est à nous-mêmes que nous nous devons de poser ces questions mais surtout prendre conscience que si nous faisons rien maintenant, demain nous risquons de mourir de faim. Tout simplement !

---------------------------------

Vous avez un avis, une réflexion sur cet article, n'hésitez pas à l'écrire dans les commentaires.

lundi 20 mai 2013

Pull et goutte au nez....

Le soleil étant actuellement aux abonnés absents sur tout l'hexagone, les français râlent car ils doivent continuer à faire fonctionner le chauffage de leurs habitations. Nous avons donc ceux qui utilisant l'électricité regardent avec une certaine anxiété les roues crantées du compteur s'emballer dès qu'un radiateur se met en marche. Il y a ensuite ceux qui ayant une chaudière au gaz, se désolent en cette troisième semaine de mai de devoir allumer les radiateurs. Là aussi, le cubage brûle les économies prévues pour les vacances de cet été. Mais justement, comment se répartit la composition du prix du gaz ? Un graphique proposé par le site du Développement Durable va vous permettre de mieux comprendre celui-ci.


Alors mourir de froid ou presque pour partir en vacances cet été ou se chauffer de manière raisonnable ? Il s'agit de choisir ! Mais il existe heureusement une troisième alternative. Se couvrir chaudement en mettant par exemple un pull en plus et même si les températures ne sont pas de saisons, appréciez ces moments. Mais attention quand même à la goutte au nez !

---------------------------------

Vous avez un avis, une réflexion sur cet article, n'hésitez pas à l'écrire dans les commentaires.